Des reports à cause du froid ?

L’hiver qui s’est installé dans l’hexagone devrait faire une nouvelle victime ce week-end : le rugby. Plusieurs rencontres ce week-end sont ou devraient être reportées.

Cette semaine, les entraîneurs de tout niveau ont dû se creuser les méninges pour trouver des lieux d’entraînements. Et le rugby est souvent devenu un sport de salle.

De Toulouse aux petites équipes de Fédérale, on s’est souvent passé le ballon ovale dans un gymnase. Même le Stade français a dû innover. Nick Mallett et ses joueurs se sont entraînés, mercredi matin, sur le terrain couvert de Marcoussis ; leurs installations de Meudon et du stade Jean-Bouin étant impraticables en raison du gel qui sévit dans la région parisienne.

D’ailleurs la capitale est l’une des principales région touchée par les mauvaises conditions climatiques.

En conséquence, le comité d’Ile- de- France a reporté toutes les rencontres (des catégories de jeunes aux divisions Honneur)qui devaient avoir lieu samedi et dimanche sur son territoire. En Fédérale 1, le derby entre Bobigny et Domont est lui aussi repoussé à une date ultérieure.

Du côté du monde professionnel, de sérieuses menaces pèsent sur certaines rencontres européennes.

Ainsi à Montferrand, le stade Marcel Michelin est recouvert de dix centimètres de neige. Les services technique envisagent de le déneiger mais le problème c’est que les prévisions météo ne sont pas bonnes pour le week-end (on annonce une nouvelle baisse des températures) et la rencontre face à Bristol de Dimanche pourrait être reportée.

A Toulouse, on s’active et on est prêt à bâcher la pelouse le cas échéant. Toutefois, la ville rose est pour le moment plus ou moins épargnée par la vague de froid.

Ce qui n’est pas le cas d’Aurillac, Albi et Lyon. Ces rencontres de Pro D2 du week-end tout comme le match entre le Metro-RCF et Dax, pourraient être, elles aussi reportées. Partout on s’active à rendre le rectangle vert praticable.

Les décisions seront prises au coup par coup soit par les préfets, les mairies ou en dernier ressort par l’arbitre du match.

Pierre-Laurent GOU